Rechercher ici :

samedi 11 juin 2016

De l'esprit de distraction à l'esprit d'éveil.

Le Dharma de Distraction

PAR JUDY LIEF | 10 juin 2016

Traduction par Karma Detchen Lhamo, d'un article du "Lion's Roar and Buddhadharma" pardon si j'ai fait des erreurs donc.

L'esprit de distraction va beaucoup plus loin que le nombre de fois, par jour, où vous vérifiez votre téléphone. Selon le maître bouddhiste Judy Lief, la distraction est le fondement même de l'ego, de la façon dont nous nous protégeons contre, à la fois, la douleur de la vie et l'espace ouvert de l'esprit éveillé. On pourrait même dire que le lâcher prise de toute distraction est la voie de l'illumination.

Les distractions sont partout, tout le temps. Petits écrans, écrans moyens (ou médiocres), des écrans géants. Au lieu de la caverne de Platon, nous créons chacun notre propre petite grotte et vivons dans un monde de scintillement des images dépourvues de substance réelle. Nous les sélectionnons littéralement hors de notre monde actuel, avec toute sa robustesse et sa crudité, et mettons en forme tout ce qui se passe dans un monde virtuel du son, des images et des vidéos que nous portons dans nos poches.

Nous sommes si facilement distraits, nous nous plaignons à nous-mêmes. Mais qu'est ce qui est vraiment derrière tout cela, la  distraction ? Il est facile de penser que les stimuli externes implacables sont le problème, mais pas que ce par quoi nous sommes entourés ne sont que des phénomènes, et rien de plus. Les objets de notre monde sont juste là, innocemment, juste à être ce qu'ils sont. Les bruits sont des bruits seulement, des monuments sont juste des monuments, les vues des vues, les idées des idées, les objets sont des objets simplement, les smartphones sont les smartphones seulement, les ordinateurs ne sont que des ordinateurs, les pensées sont des pensées seulement.

Voilà pourquoi les enseignements bouddhistes parlent plus en termes d'errance esprit que de distractions. Quand nous pensons en termes de distractions, nous regardons vers l'extérieur et blâmons les conditions extérieures pour nos saccades. Quand nous pensons en termes d'errance de l'esprit, nous regardons à l'intérieur de la source de notre problème. Nous en assumons la responsabilité.

Monkey Mind :

Le fait est que les distractions ne pourront jamais disparaître. Vous pouvez fuir à une petite grotte et y rester tout seul, mais les distractions vous suivront partout où vous allez. Vous ne pouvez pas vous débarrasser des distractions, mais par la pratique de la méditation, vous pouvez changer la façon dont vous réagissez à leurs survenues. C'est comme l'histoire d'Ulysse et des Sirènes, qui séduisent les marins pour les détourner hors de leur parcours et sur le récif à la mort. Pour survivre, Ulysse s'était lui-même attaché au mât et a dit à son équipage de sceller leurs oreilles.

Comme les sirènes, les distractions nous tirent hors du cours de nos vies, de nos engagements. Le mot «distraction» signifie "être arraché". Lorsque vous êtes distrait, vous vous sentez comme si quelque chose en dehors de vous a capturé votre attention. "Distraction" signifie aussi "décousu", de la racine latine "sauter autour". Donc, un autre aspect de la distraction doit être "écervelé", "sauter mentalement". Le bouddhisme appelle cela «l'esprit de singe." En réponse, comme Ulysse, nous pouvons nous lier au mât de la discipline par le biais de méditation de pleine conscience.

La "Mindfulness méditation", aussi connue comme "calme constant", nous aide à développer un esprit plus calme et stable. Il nous donne une plus grande attention et concentration, et c'est un moyen efficace pour surmonter la distraction ordinaire. Toutefois, en termes de la voie spirituelle, cette application pragmatique de la pratique de la méditation est seulement un début.

Il est important de réaliser que dans le bouddhadharma, le point qui est de travailler avec votre distraction ou esprit errant est non seulement d'être plus concentré sur ce que vous faites. Bien que cela soit extrêmement utile, c'est seulement la première étape. Mais obtenir une meilleure prise sur votre esprit si vous n'êtes pas ballotté par la distraction est juste une mesure palliative.

Fondamentalement, nous avons tendance à aimer les pratiques spirituelles qui ne sont pas trop menaçantes, les pratiques qui confirment ce que nous faisons et nous aident à faire mieux. Au lieu de regarder dans notre être fondamental, nous préférons nous porter à la méditation comme un exercice d'auto-amélioration, comme aller à la salle de gym et de travail. On peut alors se prélasser dans la satisfaction de devenir plus apte mentalement et physiquement apte. Cela tombe bien, mais ça n'est pas près de répondre aux profondeurs de ce que la distraction est vraiment.

Lorsque les distractions viennent, nous pouvons traiter avec elles, mais nous avons besoin de regarder plus profondément. Qu'est ce qui vraiment alimente notre distraction ? Ce qui est derrière cette agitation en cours ? L'embarquement sur le chemin dharmique exige que nous développions le courage de regarder au-delà de notre distraction et ce qui se trouve derrière elle. Elle nous oblige à remettre en question ce que la distraction est vraiment, sur ce qui vient nous distraire et pourquoi. Sur ce chemin, nous devons réduire l'écart, couche par couche, chaque niveau de distraction jusqu'à ce que nous atteignons une sorte de zéro.

Esprit de Divertissement :

Selon la psychologie bouddhiste, la distraction est classée, ainsi que des choses telles que la paresse et l'inattention, comme l'un des vingt facteurs de déstabilisation de l'esprit. En sanskrit, ce facteur est appelé Vikshepa. Il survient lorsque le flux naturel des perceptions sensorielles est joint à et entachée par nos émotions. En d'autres mots, la distraction est alimentée par les suspects habituels : la saisie, le rejet, et le déni. Donc, la distraction n'est pas seulement un tic mental. C'est très émotionnel.

Bien que Vikshepa est souvent traduit par «distraction» ou «errance mentale», il se réfère plus particulièrement à l'esprit errant en cours d'élaboration à des objets qui lui font faire perdre sa capacité à rester stable ostensiblement mis l'accent sur la vertu. Donc, à ce point le terme est spécifique à un type  de distraction : la distraction de garder votre attention sur ce qui compte, ce qui est authentique et vertueux.

L'approche est d'apprendre à ramener notre esprit quand il erre, c'est une réactivation : nous apprenons comment répondre aux distractions. Mais comme nous arrivons un peu mieux à répondre aux distractions extérieures, nous découvrons une montagne encore plus gigantesque de distraction interne. Nous commençons à remarquer combien ce n'est pas seulement une question de réagir à quelque chose en dehors de nous-nous mais que nous créons sans cesse des distractions. Nous constatons que nous avons besoin de distractions, de sorte que nous les cuisinons continuellement et les maintenons. Ce sont nos compagnons, nos animaux de compagnie.

Chögyam Trungpa Rinpoché a appelé notre distraction intérieure continue "bavardage subconscient, « une sorte de bourdon continu de fragments de pensées et d'opinions. En corollaire, il a parlé de ce qu'il a appelé «esprit de divertissement». Cet esprit de divertissement doit être alimenté en permanence. S'il n'y a pas de distractions immédiates, il fabriquera de nouvelles distractions sur place. Donc, nous sommes engagés dans un projet continu de distraction, en gardant les distractions et divertissements qui coulent sans interruption. Il y a un air de désespoir à propos de ces deux cours d'eau auto-créé de distraction.

Notre espoir est que si nous gardons tout cela, la distraction va, nous ne pourrons pas avoir à regarder qui nous sommes, nous ne devons ressentir ce que nous ressentons, nous ne devons voir ce que nous voyons. Mais le chemin spirituel est justement d'enlever ces écrans de fumée nous faisant face à des faits. C'est un processus de démasquage. Il est assez effrayant de constater à quel point nous sommes dépendants ensemble de ce régime, et encore plus effrayant quand nous nous rendons compte que ce projet de distraction continuelle peut s'effondrer à tout moment.

La distraction est alimentée par notre lutte constante pour nous fixer en relation aux autres et à l'environnement. Ce projet, à son tour est alimentée par notre peur de lâcher prise et notre manque de confiance en nous-mêmes. C'est comme si nous sommes en garde tout le temps, de peur de manquer une occasion de frapper et devoir  continuellement se méfier des menaces ou des attaques potentielles. Sur la base de ces émotions, notre esprit n'est tiré que de cette façon. Pour se rapporter à ce niveau de distraction, nous avons besoin non seulement de retirer l'esprit errant mais aussi de diminuer son approvisionnement en carburant : la poussée et la traction des émotions.

Esprit de Sagesse :

Travailler avec les distractions est un projet à long terme. Nous pouvons commencer avec une idée romantique de nous lancer dans le voyage spirituel. Mais comme nous nous en tenons à la pratique, que le romantisme se fane loin et on se retrouve avec un processus d'usure progressive vers le bas. Nous constatons que nous avons de moins en moins de marge de manœuvre. C'est un choc de réaliser que nous ne pouvons pas simplement prendre notre bonne vieille auto et l'améliorer, mais que nous devons recommencer complètement. C'est comme une grande vente de liquidation. Toutes nos distractions et gotta go divertissements tout !

Comme notre édifice de distraction commence à s'effriter, nous sommes confrontés à la déception et la douleur. Nos rêves et les illusions commencent à s'évaporer. Partout où nous passons, nous sommes renvoyés à nous-mêmes. Il n'y a pas d'issue. Peu importe ce qui se passe, nous avons pris l'habitude d'être en mesure de fabriquer des scénarii alternatifs, de sorte que nous ne pourrions jamais être coincé. Nous ne devions nous engager pleinement à quoi que ce soit, il y avait toujours un moyen de sortir. Mais maintenant, nous sommes coincés. Nous sommes confrontés à notre propre douleur et déception.

Sans personne pour nous tenir compagnie, nous ne pouvons même pas nous tenir compagnie, nous sommes confrontés à notre solitude absolue. Il n'y a rien à faire et rien à accrocher. Nous sommes seuls, solitaire, c'est sombre. Tout ce que nous sur quoi comptions se révèle être une imposture, une construction mentale. Nous avons frappé un mur.

Mais quand nous arrivons au point où nous ne pouvons plus couvrir ce que nous avons fait ni forcer notre expérience de se plier à notre volonté, quelque chose se passe. Nous commençons à nous détendre. Bien qu'au premier abord la notion de tout à fait abandonner notre écran de fumée des distractions menace, même terrifiant, si nous restons avec cette expérience, même un peu, la fumée commence à se dégager et nous pouvons commencer à voir d'une toute nouvelle façon.

Les mystiques chrétiens disent que vous avez besoin de passer par une nuit sombre de l'âme avant d'entrer dans la présence de Dieu. Il est comme l'analogie de la lumière au bout du tunnel. Pas de nuit noire, pas d'union avec Dieu ; pas de tunnel, pas de lumière. Trungpa Rinpoché a également parlé de l'importance de ce stade de développement. Il a enseigné que lorsque les élèves sont devenus complètement frustrés, quand leur pratique les a amenés au point de donner l'espoir et à la pensée d'abandonner l'ensemble du chemin, c'est précisément le point où le vrai voyage de l'éveil commence. C'est là que les enseignements peuvent commencer à prendre racine, non pas comme le accoutrement de l'ego, ni comme une parure de surface, mais comme une énergie de transformation profonde atteignant jusqu'à nos os (ndt : ou notre snc ?!!).

Donc, comme les mystiques chrétiens, nous aussi nous devons abandonner notre monde familier, tout laisser derrière nous et aller dans le désert. Dans ce cas, le désert est notre propre esprit. Cet esprit de désert est ce qui reste quand notre projet de distraction continuelle est tombée en dehors.

Nous pouvons apprendre beaucoup en observant comment nous oscillons entre la distraction ou le divertissement et l'ennui. L'Ennui a un avantage quand à lui. Nous pensons que notre sol se dérobe ; nous luttons pour trouver un moyen de nous sécuriser. Il y a trop d'espace, nous avons besoin de le remplir. Il n'y a rien qui se passe, nous avons besoin de faire quelque chose. C'est trop calme, quelque chose doit être faux.

Prêter attention à ces types de réponses à l'ennui est extrêmement précieux. C'est une grande pratique. Et quand vous sentez que vous devez absolument faire quelque chose, rester avec l'ennui un peu plus longtemps ! Laissez-vous sentir ennuyer complètement. De cette façon, vous pourriez être en mesure d'obtenir un aperçu de ce que Trungpa Rinpoché a appelé "l'ennui cool", une expérience rafraîchissante libre de préhension, de faux semblant, et de lutte. Dans l'ennui cool, vous pouvez enfin laisser aller de la charge essayer d'être quelqu'un. Vous pouvez avoir une pause dans le projet de "JE".

Allant plus loin, nous devons aborder un niveau encore plus fondamental de distraction. Selon les enseignements du Vajrayana, ce que nous sommes fondamentalement, nous distraire de se réveille. Nous sommes habituellement à nous distraire de relever le défi de faire face à notre propre sagesse. Nous nous distrayons de l'intensité de l'instant présent, de l'immédiateté des enseignements, et de notre propre authenticité. Dès que nous avons même un petit aperçu de ce potentiel, on panique et bousculade nous éloignons. Nous pouvons gérer une relation sans lien de dépendance au dharma, qui est source d'inspiration encore quelque peu gérable. Mais quand cette distance confortable s'effondre et que nous faisons face à l'intensité totale des enseignements, nous coupons par la fabrication de distractions sur place. Pour la plupart d'entre nous, ce niveau de distraction est plus ou moins continue.

Tout au long de la voie bouddhiste, nous travaillons avec des distractions à de nombreux niveaux de profondeur. En fait, les distractions et le chemin peuvent à peu près aller de pair. Vous pourriez même envisager des distractions pour être vos meilleurs enseignants.

Comme de bons enseignants, les distractions nous humilient et nous secouent jusqu'à nous. Et brusquement sont coupés par nos prétentions. Il est choquant de voir comment en sortir, nous y sommes depuis tellement de temps. A tous les niveaux, les distractions peuvent être ennuyeuses, frustrantes, et se poser bon gré mal gré. Mais, comme de bons enseignants, nous incitent également à aller de l'avant. Au moment même où une distraction survient, il se pose également une chance de percer à ce qui se trouve derrière elle. Et ce qui se cache derrière ces distractions sans fin est l'espace infini de l'esprit éveillé.