Rechercher ici :

dimanche 17 juillet 2016

Avec l'Esprit de Miséricorde car


La racine de tous les phénomènes est votre esprit.

S'il n'est pas examiné, il se précipite vers les expériences, ingénieux dans les jeux de la tromperie.

Si vous regardez directement en lui, il est libre de toute base ou origine,

En essence libre de venir, demeurer ou partir. 

JAMYANG KHYENTSÉ CHÖKYI LODRÖ.

 Pour aller plus loin :

Lire chapitre 4, page 105
Le Livre tibétain de la Vie et de la Mort,
Nouvelle édition augmentée, Le Livre de Poche


Invitation à la contemplation :

Quels sont les bienfaits de mettre notre coeur à nu selon Rilke ? 



Mémo essentiel :

La racine de tous les phénomènes est notre esprit.






je suis l'union de ces trois couleurs

touchée de compassion 
mais inébranlable

liberté, égalité et fraternité 

de l'esprit, du corps et de la parole. 

Paisible, vigilant et énergique.

mardi 12 juillet 2016

Point sur la Sclérose En Plaques et la réparation de la myéline

La sclérose en plaque (SEP) est une maladie auto-immune inflammatoire du système nerveux central, évolutive, sournoise, sans causes identifiée, elle est multiforme et, si la recherche avance à grands pas, elle reste sans remède de guérison de nos jours, même si une grande game de protocoles palliatifs existent pour la freiner ou améliorer la qualité de vie altérée des personnes atteintes.

C'est une maladie auto-immune, parce que le système  immunitaire  se retourne contre son propre corps, en l'occurrence son système nerveux central, où ses agents protecteurs grignotent la gaine de myéline des axones au lieu de s'attaquer à une charge virale, bactérienne, émotionnelle ou environnementale qui vient le perturber et que cette affection ne permet plus d'identifier pour y faire face de manière biologique naturelle.

C'est une maladie inflammatoire du système nerveux central, car elle se caractérise par une inflammation  du cerveau et moelle épinière. visible de manière caractéristique avec une IRM (Imagerie à Résonance Magnétique) avec ou sans produit de contraste (mais c'est avec la plus part du temps).

Elle évolue, soit par crises (appelées poussées et alors dite SEP Récurrente-Rémittente) soit sans crise (et dite SEP progressive car sans poussée).

Des faisceaux de facteurs déclencheurs peuvent être identifiés mais ils ne sont pas systématiques comme vu plus haut telle la réaction à une charge virale ou bactérienne, à un choc ou une perturbation émotionnelle, à des conditions environnementales, thermiques ou alimentaires défavorables.

Mais on ne connait pas les causes de cette maladie qui n'est pas héréditaire, si des facteurs génétiques conjugués peuvent entrer en cause, et qui de la même manière n'est ni virale, ni bactérienne, ni psychiatrique, ni directement environnementale.

A proprement parler la SEP n'est pas neuro-dégénérative car c'est la gaine de myéline de l'axone qui est attaquée (ne permettant plus à l'influx nerveux de communiquer correctement entre le cerveau et les organes ou fonctions du corps) et non pas le neurone lui-même

Cependant, non ou mal traitée, elle peut devenir dégénérative jusqu'à neuro-dégénératives, et ce fut le cas  par le passé où la prise en charge de la maladie correspondait l'état d'ignorance de la médecine à cette époque. 

D'où l'intérêt  de diagnostics et de prises en charges médicales et paramédicales précoces. Bien que cela se heurte à la lenteur nécessaire pour bien établir un diagnostic une fois la nature neurologique de l'atteinte identifiée chez le patient, et au manque de sensibilisation et de formation des généralistes à ce types de maladies souvent cachées par d'autres plus visibles et traitées avec des résultats cliniques immédiats. Alors que la lenteur de rémission devrait pouvoir les alerter, celle-ci conduit trop souvent les patients, épuisés par des traitements inefficaces, à un nomadisme médical.

Le mien a duré près de 30 ans par exemple, car plus les poussées non détectées étaient sévères, plus j'en venais à changer de médecin traitant impuissant, j'étais pourtant suivie par un psychiatre (plusieurs au fil des années sans résultat) car je soupçonnais moi-même une hystérie au vu des symptômes et de mon vécu depuis l'enfance, voire d'hypochondrie sournoise alors que je ne me considérais pas malade mais pleinement consciente d'un dysfonctionnement (je pratiquais déjà la méditation et mon esprit demeurait paisible malgré tout) et je restais efficace au quotidien en m'adaptant constamment ni vu ni connu pour ne pas me plaindre (sauf lorsqu'ils s'agissait d'améliorer ma condition relative, car tout cela m'épuisait) d'où mon abonnement culturel aux professionnels de la santé mentale, mais, même les psychiatres rejetaient à tour de rôle mes hypothèses d'atteinte mentale et ne m'ont jamais suggéré pourtant d'aller consulter un neurologue. Tout doit passer par le généraliste qui, lorsque le patient émet une hypothèse, la réfute aussi afin de garder la main et de multiplier les consultations inutiles et usantes pour le patient qui ingurgite (ou non après avoir lu la notice) toute la gamme pharmaceutique en circulation au frais de la sécu en détruisant sa santé  : ne serait-ce là, la cause de la SEP dans cette aire industrielle où elle augmente au rythme d'un nouveau patient toutes les 2h ? (et cela n'engage que mon constat personnel). 

Aussi, de nos jours, la prise en charge de la SEP est multi disciplinaire et orchestrée par des réseaux de neurologues et de chercheurs,  locaux et internationaux connectés, qui progressent et communiquent constamment, alertent et forment les généralistes et autres praticiens impliqués dans celles-ci. 

On peut dire que chaque malade suit un protocole particulier car il y a autant de scléroses en plaques qu'il y a de patients. Donc, autant de prise en charge qui sont à la fois médicales et paramédicales car toutes les fonctions ou organes du corps peuvent être affectés, en fonction des zones cérébrales ou médullaires enflammées et des axones atteints sans compensation neuro-plastique qu'il faut alors stimuler lorsque c'est encore possible.

La SEP est sournoise car elle peut ou non s'exprimer, un IRM alarmant peut très bien ne donner aucun ou peu d'handicap (du fait de la neuro-plasticité) alors q'une toute petite plaque indétectable à 1,5 Tesla et à peine visible à 3 Teslas peut causer un handicap sérieux qui s'exprime du jour au lendemain sans préavis, sans signe avant coureur, ni cause apparente évitable connue prévisible. 

La SEP reste à ce jour  sans moyen de guérison définitive car on ne connaît pas ses causes. Cette maladie est un terrain d'expérimentation et de recherche dont les malades les plus sévèrement atteints et sans traitement sont autant de cobayes prioritaires, les autres étant des cobayes tout court, tous volontaires et éclairés car désireux de guérir et d'être libres de cette épée de Damocles 

Vais-je pouvoir me lever demain, pouvoir aller aux toilettes, pouvoir aller au travail, pouvoir m'exprimer clairement ou tout court ? mieux vaut ne pas y penser et avancer alors on avance pressés car conscients du temps compté, mais.... On a parfois la surprise d'un corps qui ne répond plus comme déconnecté soudain de son unité centrale, ou de sa batterie mobile en pleine action voire sans rien faire de fatigant normalement, avec ou sans témoin pour nous venir en aide à ce moment pénible, c'est le vécu des malades atteints de SEP.

Une fois le diagnostic établi ou suspecté on commence à savoir à quoi s'en tenir, mais la route est longue jusque là !

C'est cependant une maladie reconnue affection longue durée pouvant devenir invalidante mais pour laquelle, il n'existe toujours pas de guérison car tous les traitements restent palliatifs, qu'ils soient  des traitements :
  • de fond pour stopper l'évolution de la SEP, ou 
  • symptomatiques pour améliorer une fonction ou traiter un symptôme.
Ainsi, la sclérose en plaques est une maladie auto-immune du système nerveux central, qui peut prendre plusieurs formes et des intensités variables d'un patient et d'une poussée à l'autre : 
  • "quiescente" (pour une clinique légère) se dit par opposition à
  • "active" (pour clinique forte
que la SEP soit :
  • Rémittente-Récurrente (évoluant par poussées, SEP RR) ou 
  • Progressive (évoluant sans poussées) et cela peut être :
    • d'emblée dite "primaire" (SEP PP) ou 
    • après 10 ou 15 ans de SEP RR et alors dite
      "secondairement progressive" (SEP SP).
On peut donc avoir  6 cas de figure de SEP :
  1. quiescente PP, 
  2. quiescente RR, 
  3. quiescente SP, 
  4. active PP, 
  5. active RR et 
  6. active SP
car si on n'est pas déjà en SEP PP (quiescente ou active),
la SEP RR (quiescente ou active) évolue en SEP SP si le traitement de fond n'est pas efficace ou si on n'en a pas.

Hypothèse personnelle, suite à une explication de chercheur lors d'une rencontre chercheurs-patients : Peut-être que les SEP PP sont des SEP RR qui n'ont jamais été détectées car le malade a toujours compensé par neuro-plasticité jusqu'à sur-peupler sa substance (grise ou blanche, j'ai oublié laquelle qui contient les axones et dendrites interconnectés) de réseaux de dérivations atteints à leur tour par la démyélinisation.

ATTENTION de ne pas succomber à la tentation de tester un nouveau traitement hors prescription médicale encadrée !

Notamment, avec LA BIOTINE,  dernier traitement réparateur de myéline délivré en ATU (autorisation d'utilisation temporaire) hospitalière (officine d'un Centre Hospitalier Universitaire) son AMM (autorisation de mise sur le marché, en pharmacie locale) prévue pour fin 2016 (si des accords sont trouvés) après que les tests de phase 3 sur humains soient validés et qui pour l'instant est éligible seulement aux SEP PP et SP et peut-être, cela reste à confirmer (voir vos neurologues de CHU), aux SEP RR actives très avancées.

Ce médicament réparateur est très attendu pour son double mode d’action  (je cite une amie qui le teste actuellement avec impatience du résultat objectif et de pouvoir le prendre dans sa pharmacie de proximité) :

Le MD1003 est un composé proche de la famille de la biotine (appelée aussi vitamine H ou B8). Cette coenzyme participe notamment au métabolisme des acides gras, ainsi qu’à la biosynthèse des vitamines B9 et B12

L’originalité du mode d’action du MD1003 repose sur le fait qu’il influence potentiellement deux cibles impliquées dans la SEP progressive.

Tout d’abord, l’action de cette substance permet d’activer une enzyme synthétisant certains acides gras, eux-mêmes nécessaires à la synthèse de nouvelles molécules de myéline. 

En parallèle, le MD1003 augmente la production d’énergie dans les neurones démyélinisés (cellules ayant vu leur gaine isolante de myéline détruite par la SEP). 

Ces apports énergétique et de myéline conjoints au sein des neurones blessés, aident à limiter les conséquences de la SEP.

NB :  il est fortement recommandé de NE PAS PRENDRE DE BIOTINE SAUVAGE (quand on n'y est pas encore éligible). 

ATTENTION ! le problème avec la Biotine pour les cheveux (Bayer) c'est le nombre de 60 comprimés nécessaires par jour et la difficultés à digérer l'enrobage et les adjuvants de cette Biotine ainsi  conditionnée à ces fins cosmétiques, pouvant conduire à de graves problèmes intestinaux.

Aussi, nous alertant ainsi au vu de certaines pratiques de malades pressés, et desespérés qu'il comprend bien, le Pr Jean Pelletier nous conseille donc vivement d'attendre d'être éligible au Cerenday (nom du produit MD1003 en dernière phase de test) à des doses destinées au réparation des plaques de SEP et de recevoir l'ATU individuelle ou collective dans notre CHU.

Patience ! et il en faudra compte tenu que les effets désirés de ce traitement révolutionnaire ne viennent qu'au bout de 6 à 8 mois d'administration selon la quiescence ou l'activité de la SEP.

Alors, détendez vous constamment, c'est la meilleure prévention naturelle.

Priez, sinon demeurez présents, spacieux et sans attente, pour une satisfaction qui viendra tôt ou tard. Restons toujours confiants et patients jusque là.

Cet outil subjectif marche toujours quand on en adopte spontanément l'attitude profonde et sereine.

SEPiens SEPiennes COURAGE !

samedi 11 juin 2016

De l'esprit de distraction à l'esprit d'éveil.

Le Dharma de Distraction

PAR JUDY LIEF | 10 juin 2016

Traduction par Karma Detchen Lhamo, d'un article du "Lion's Roar and Buddhadharma" pardon si j'ai fait des erreurs donc.

L'esprit de distraction va beaucoup plus loin que le nombre de fois, par jour, où vous vérifiez votre téléphone. Selon le maître bouddhiste Judy Lief, la distraction est le fondement même de l'ego, de la façon dont nous nous protégeons contre, à la fois, la douleur de la vie et l'espace ouvert de l'esprit éveillé. On pourrait même dire que le lâcher prise de toute distraction est la voie de l'illumination.

Les distractions sont partout, tout le temps. Petits écrans, écrans moyens (ou médiocres), des écrans géants. Au lieu de la caverne de Platon, nous créons chacun notre propre petite grotte et vivons dans un monde de scintillement des images dépourvues de substance réelle. Nous les sélectionnons littéralement hors de notre monde actuel, avec toute sa robustesse et sa crudité, et mettons en forme tout ce qui se passe dans un monde virtuel du son, des images et des vidéos que nous portons dans nos poches.

Nous sommes si facilement distraits, nous nous plaignons à nous-mêmes. Mais qu'est ce qui est vraiment derrière tout cela, la  distraction ? Il est facile de penser que les stimuli externes implacables sont le problème, mais pas que ce par quoi nous sommes entourés ne sont que des phénomènes, et rien de plus. Les objets de notre monde sont juste là, innocemment, juste à être ce qu'ils sont. Les bruits sont des bruits seulement, des monuments sont juste des monuments, les vues des vues, les idées des idées, les objets sont des objets simplement, les smartphones sont les smartphones seulement, les ordinateurs ne sont que des ordinateurs, les pensées sont des pensées seulement.

Voilà pourquoi les enseignements bouddhistes parlent plus en termes d'errance esprit que de distractions. Quand nous pensons en termes de distractions, nous regardons vers l'extérieur et blâmons les conditions extérieures pour nos saccades. Quand nous pensons en termes d'errance de l'esprit, nous regardons à l'intérieur de la source de notre problème. Nous en assumons la responsabilité.

Monkey Mind :

Le fait est que les distractions ne pourront jamais disparaître. Vous pouvez fuir à une petite grotte et y rester tout seul, mais les distractions vous suivront partout où vous allez. Vous ne pouvez pas vous débarrasser des distractions, mais par la pratique de la méditation, vous pouvez changer la façon dont vous réagissez à leurs survenues. C'est comme l'histoire d'Ulysse et des Sirènes, qui séduisent les marins pour les détourner hors de leur parcours et sur le récif à la mort. Pour survivre, Ulysse s'était lui-même attaché au mât et a dit à son équipage de sceller leurs oreilles.

Comme les sirènes, les distractions nous tirent hors du cours de nos vies, de nos engagements. Le mot «distraction» signifie "être arraché". Lorsque vous êtes distrait, vous vous sentez comme si quelque chose en dehors de vous a capturé votre attention. "Distraction" signifie aussi "décousu", de la racine latine "sauter autour". Donc, un autre aspect de la distraction doit être "écervelé", "sauter mentalement". Le bouddhisme appelle cela «l'esprit de singe." En réponse, comme Ulysse, nous pouvons nous lier au mât de la discipline par le biais de méditation de pleine conscience.

La "Mindfulness méditation", aussi connue comme "calme constant", nous aide à développer un esprit plus calme et stable. Il nous donne une plus grande attention et concentration, et c'est un moyen efficace pour surmonter la distraction ordinaire. Toutefois, en termes de la voie spirituelle, cette application pragmatique de la pratique de la méditation est seulement un début.

Il est important de réaliser que dans le bouddhadharma, le point qui est de travailler avec votre distraction ou esprit errant est non seulement d'être plus concentré sur ce que vous faites. Bien que cela soit extrêmement utile, c'est seulement la première étape. Mais obtenir une meilleure prise sur votre esprit si vous n'êtes pas ballotté par la distraction est juste une mesure palliative.

Fondamentalement, nous avons tendance à aimer les pratiques spirituelles qui ne sont pas trop menaçantes, les pratiques qui confirment ce que nous faisons et nous aident à faire mieux. Au lieu de regarder dans notre être fondamental, nous préférons nous porter à la méditation comme un exercice d'auto-amélioration, comme aller à la salle de gym et de travail. On peut alors se prélasser dans la satisfaction de devenir plus apte mentalement et physiquement apte. Cela tombe bien, mais ça n'est pas près de répondre aux profondeurs de ce que la distraction est vraiment.

Lorsque les distractions viennent, nous pouvons traiter avec elles, mais nous avons besoin de regarder plus profondément. Qu'est ce qui vraiment alimente notre distraction ? Ce qui est derrière cette agitation en cours ? L'embarquement sur le chemin dharmique exige que nous développions le courage de regarder au-delà de notre distraction et ce qui se trouve derrière elle. Elle nous oblige à remettre en question ce que la distraction est vraiment, sur ce qui vient nous distraire et pourquoi. Sur ce chemin, nous devons réduire l'écart, couche par couche, chaque niveau de distraction jusqu'à ce que nous atteignons une sorte de zéro.

Esprit de Divertissement :

Selon la psychologie bouddhiste, la distraction est classée, ainsi que des choses telles que la paresse et l'inattention, comme l'un des vingt facteurs de déstabilisation de l'esprit. En sanskrit, ce facteur est appelé Vikshepa. Il survient lorsque le flux naturel des perceptions sensorielles est joint à et entachée par nos émotions. En d'autres mots, la distraction est alimentée par les suspects habituels : la saisie, le rejet, et le déni. Donc, la distraction n'est pas seulement un tic mental. C'est très émotionnel.

Bien que Vikshepa est souvent traduit par «distraction» ou «errance mentale», il se réfère plus particulièrement à l'esprit errant en cours d'élaboration à des objets qui lui font faire perdre sa capacité à rester stable ostensiblement mis l'accent sur la vertu. Donc, à ce point le terme est spécifique à un type  de distraction : la distraction de garder votre attention sur ce qui compte, ce qui est authentique et vertueux.

L'approche est d'apprendre à ramener notre esprit quand il erre, c'est une réactivation : nous apprenons comment répondre aux distractions. Mais comme nous arrivons un peu mieux à répondre aux distractions extérieures, nous découvrons une montagne encore plus gigantesque de distraction interne. Nous commençons à remarquer combien ce n'est pas seulement une question de réagir à quelque chose en dehors de nous-nous mais que nous créons sans cesse des distractions. Nous constatons que nous avons besoin de distractions, de sorte que nous les cuisinons continuellement et les maintenons. Ce sont nos compagnons, nos animaux de compagnie.

Chögyam Trungpa Rinpoché a appelé notre distraction intérieure continue "bavardage subconscient, « une sorte de bourdon continu de fragments de pensées et d'opinions. En corollaire, il a parlé de ce qu'il a appelé «esprit de divertissement». Cet esprit de divertissement doit être alimenté en permanence. S'il n'y a pas de distractions immédiates, il fabriquera de nouvelles distractions sur place. Donc, nous sommes engagés dans un projet continu de distraction, en gardant les distractions et divertissements qui coulent sans interruption. Il y a un air de désespoir à propos de ces deux cours d'eau auto-créé de distraction.

Notre espoir est que si nous gardons tout cela, la distraction va, nous ne pourrons pas avoir à regarder qui nous sommes, nous ne devons ressentir ce que nous ressentons, nous ne devons voir ce que nous voyons. Mais le chemin spirituel est justement d'enlever ces écrans de fumée nous faisant face à des faits. C'est un processus de démasquage. Il est assez effrayant de constater à quel point nous sommes dépendants ensemble de ce régime, et encore plus effrayant quand nous nous rendons compte que ce projet de distraction continuelle peut s'effondrer à tout moment.

La distraction est alimentée par notre lutte constante pour nous fixer en relation aux autres et à l'environnement. Ce projet, à son tour est alimentée par notre peur de lâcher prise et notre manque de confiance en nous-mêmes. C'est comme si nous sommes en garde tout le temps, de peur de manquer une occasion de frapper et devoir  continuellement se méfier des menaces ou des attaques potentielles. Sur la base de ces émotions, notre esprit n'est tiré que de cette façon. Pour se rapporter à ce niveau de distraction, nous avons besoin non seulement de retirer l'esprit errant mais aussi de diminuer son approvisionnement en carburant : la poussée et la traction des émotions.

Esprit de Sagesse :

Travailler avec les distractions est un projet à long terme. Nous pouvons commencer avec une idée romantique de nous lancer dans le voyage spirituel. Mais comme nous nous en tenons à la pratique, que le romantisme se fane loin et on se retrouve avec un processus d'usure progressive vers le bas. Nous constatons que nous avons de moins en moins de marge de manœuvre. C'est un choc de réaliser que nous ne pouvons pas simplement prendre notre bonne vieille auto et l'améliorer, mais que nous devons recommencer complètement. C'est comme une grande vente de liquidation. Toutes nos distractions et gotta go divertissements tout !

Comme notre édifice de distraction commence à s'effriter, nous sommes confrontés à la déception et la douleur. Nos rêves et les illusions commencent à s'évaporer. Partout où nous passons, nous sommes renvoyés à nous-mêmes. Il n'y a pas d'issue. Peu importe ce qui se passe, nous avons pris l'habitude d'être en mesure de fabriquer des scénarii alternatifs, de sorte que nous ne pourrions jamais être coincé. Nous ne devions nous engager pleinement à quoi que ce soit, il y avait toujours un moyen de sortir. Mais maintenant, nous sommes coincés. Nous sommes confrontés à notre propre douleur et déception.

Sans personne pour nous tenir compagnie, nous ne pouvons même pas nous tenir compagnie, nous sommes confrontés à notre solitude absolue. Il n'y a rien à faire et rien à accrocher. Nous sommes seuls, solitaire, c'est sombre. Tout ce que nous sur quoi comptions se révèle être une imposture, une construction mentale. Nous avons frappé un mur.

Mais quand nous arrivons au point où nous ne pouvons plus couvrir ce que nous avons fait ni forcer notre expérience de se plier à notre volonté, quelque chose se passe. Nous commençons à nous détendre. Bien qu'au premier abord la notion de tout à fait abandonner notre écran de fumée des distractions menace, même terrifiant, si nous restons avec cette expérience, même un peu, la fumée commence à se dégager et nous pouvons commencer à voir d'une toute nouvelle façon.

Les mystiques chrétiens disent que vous avez besoin de passer par une nuit sombre de l'âme avant d'entrer dans la présence de Dieu. Il est comme l'analogie de la lumière au bout du tunnel. Pas de nuit noire, pas d'union avec Dieu ; pas de tunnel, pas de lumière. Trungpa Rinpoché a également parlé de l'importance de ce stade de développement. Il a enseigné que lorsque les élèves sont devenus complètement frustrés, quand leur pratique les a amenés au point de donner l'espoir et à la pensée d'abandonner l'ensemble du chemin, c'est précisément le point où le vrai voyage de l'éveil commence. C'est là que les enseignements peuvent commencer à prendre racine, non pas comme le accoutrement de l'ego, ni comme une parure de surface, mais comme une énergie de transformation profonde atteignant jusqu'à nos os (ndt : ou notre snc ?!!).

Donc, comme les mystiques chrétiens, nous aussi nous devons abandonner notre monde familier, tout laisser derrière nous et aller dans le désert. Dans ce cas, le désert est notre propre esprit. Cet esprit de désert est ce qui reste quand notre projet de distraction continuelle est tombée en dehors.

Nous pouvons apprendre beaucoup en observant comment nous oscillons entre la distraction ou le divertissement et l'ennui. L'Ennui a un avantage quand à lui. Nous pensons que notre sol se dérobe ; nous luttons pour trouver un moyen de nous sécuriser. Il y a trop d'espace, nous avons besoin de le remplir. Il n'y a rien qui se passe, nous avons besoin de faire quelque chose. C'est trop calme, quelque chose doit être faux.

Prêter attention à ces types de réponses à l'ennui est extrêmement précieux. C'est une grande pratique. Et quand vous sentez que vous devez absolument faire quelque chose, rester avec l'ennui un peu plus longtemps ! Laissez-vous sentir ennuyer complètement. De cette façon, vous pourriez être en mesure d'obtenir un aperçu de ce que Trungpa Rinpoché a appelé "l'ennui cool", une expérience rafraîchissante libre de préhension, de faux semblant, et de lutte. Dans l'ennui cool, vous pouvez enfin laisser aller de la charge essayer d'être quelqu'un. Vous pouvez avoir une pause dans le projet de "JE".

Allant plus loin, nous devons aborder un niveau encore plus fondamental de distraction. Selon les enseignements du Vajrayana, ce que nous sommes fondamentalement, nous distraire de se réveille. Nous sommes habituellement à nous distraire de relever le défi de faire face à notre propre sagesse. Nous nous distrayons de l'intensité de l'instant présent, de l'immédiateté des enseignements, et de notre propre authenticité. Dès que nous avons même un petit aperçu de ce potentiel, on panique et bousculade nous éloignons. Nous pouvons gérer une relation sans lien de dépendance au dharma, qui est source d'inspiration encore quelque peu gérable. Mais quand cette distance confortable s'effondre et que nous faisons face à l'intensité totale des enseignements, nous coupons par la fabrication de distractions sur place. Pour la plupart d'entre nous, ce niveau de distraction est plus ou moins continue.

Tout au long de la voie bouddhiste, nous travaillons avec des distractions à de nombreux niveaux de profondeur. En fait, les distractions et le chemin peuvent à peu près aller de pair. Vous pourriez même envisager des distractions pour être vos meilleurs enseignants.

Comme de bons enseignants, les distractions nous humilient et nous secouent jusqu'à nous. Et brusquement sont coupés par nos prétentions. Il est choquant de voir comment en sortir, nous y sommes depuis tellement de temps. A tous les niveaux, les distractions peuvent être ennuyeuses, frustrantes, et se poser bon gré mal gré. Mais, comme de bons enseignants, nous incitent également à aller de l'avant. Au moment même où une distraction survient, il se pose également une chance de percer à ce qui se trouve derrière elle. Et ce qui se cache derrière ces distractions sans fin est l'espace infini de l'esprit éveillé.

dimanche 7 février 2016

La Nature Essentielle de l'Esprit







La Nature Essentielle de l'Esprit

Aucun mot ne peut la décrire
Aucun exemple ne peut la désigner
Le samsara ne peut la dégrader
Le nirvana ne peut l'améliorer
Elle n'est jamais née
Elle n'a jamais cessé
Elle n'a jamais été libérée
Elle n'a jamais été victime de l'illusion
Elle n'a jamais existé
Elle n'a jamais été inexistante
Elle ne connaît aucune limite
On ne peut la ranger dans aucune catégorie.



DUDJOM RINPOCHÉ.
Pour aller plus loin :
Cf. chapitre 4, page 110

Le Livre tibétain de la Vie et de la Mort,
Nouvelle édition augmentée, Le Livre de Poche








Invitation à la contemplation


Comment Albert Einstein caractérise-t-il un être humain ?



Pour mémo
Nous sommes nés pour réaliser notre nature essentielle  primordiale :
Aucun mot ne peut la décrire 
Aucun exemple ne peut la désigner 
Le samsara ne peut la dégrader
Le nirvana ne peut l'améliorer 
Elle n'est jamais née 
Elle n'a jamais cessé 
Elle n'a jamais été libérée 
Elle n'a jamais été victime de l'illusion 
Elle n'a jamais existé 
Elle n'a jamais été inexistante 
Elle ne connaît aucune limite 
On ne peut la ranger dans aucune catégorie.

Karma Detchn suivant DUDJOM RINPOCHÉ.

vendredi 1 janvier 2016

2015 EST MORT, VIVE L'AN 2016 ! La mort nous éduque à la Vie qui en est le fruit

Karma Detchen memento :



Étincelle d'éveil :


Il est crucial aujourd'hui qu'une perspective éclairée de la mort et de son processus soit proposée dans tous les pays du monde, et à tous les niveaux de l'éducation. Les enfants ne devraient pas être « protégés » de la mort mais introduits, dès leurs plus jeunes années, à sa vraie nature et à ce qu'elle peut leur apprendre.

Pourquoi ne pas proposer cette perspective sous ses formes les plus simples, à tous les groupes d'âge ? Tous les niveaux de la société devraient avoir accès au savoir concernant la mort, l'aide aux mourants et la nature spirituelle de la mort. Ce savoir devrait être enseigné en profondeur, et faisant preuve d'une réelle imagination, dans l'ensemble des écoles, des lycées et des universités. Il devrait avant tout être proposé dans les centres hospitaliers universitaires, aux infirmières et aux médecins qui prodiguent les soins aux mourants et ont envers eux tant de responsabilité.

Pour aller plus loin :

Le Livre Tibétain de la Vie et de la Mort
Nouvelle édition augmentée, Le Livre de Poche

Cf. chapitre 22, page 633
        Invitation à la contemplation :
Pour mémo :

Il est crucial aujourd'hui qu'une perspective éclairée de la mort et de son processus soit proposée dans tous les pays du monde, et à tous les niveaux de l'éducation. Les enfants ne devraient pas être « protégés » de la mort mais introduits, dès leurs plus jeunes années, à sa vraie nature et à ce qu'elle peut leur apprendre.
 
Où réside précisément notre nature de bouddha ?